Liens vérifiés le 5 novembre 2011

Les batteries à l'ancienne, fournissant 1,35 volt, existent toujours... Elles équipaient autrefois les appareils à cellule et les posemètres. Elles étaient au mercure, métal aujourd'hui prohibé dans tout produit à usage domestique, en raison de sa toxicité. En principe, on a cessé d'en fabriquer. Les batteries de taille à peu près équivalente sont à 1,5 volt. Or cette tension fausse la mesure des cellules. Heureusement, une solution simple existe.

Weincell__2_

La face inférieure de l'Asahi Pentax Spotmatic (1971), avec le logement ouvert de la batterie. A droite, de haut en bas : l'opercule vissant, une batterie Weincell et la batterie au mercure d'origine.

Il y a un doute au sujet de l'erreur de mesure, comme me le fait remarquer Krg (un spécialiste crédible) sur le forum Chassimages : selon les modèles, notamment d'Asahi Pentax Spotmatic, les cellules sont dotées de circuits en pont ou en double bobinage, prévus pour étaler la baisse de tension due à l'usure de la batterie. Une surtension serait donc supportée aussi. Ce point de vue est loin de faire l'unanimité. La différence de voltage, en l'occurrence, est très importante. Non qu'il y ait danger de griller les circuits, avec une alimentation de 1,5 volt, mais l'erreur de mesure est plus que probable (je n'ai pas tenté personnellement l'expérience sur mon Pentax). Si erreur il y a, en tout cas, elle n'est pas linéaire. Ce serait trop beau s'il suffisait d'opérer une correction fixe de deux ou trois IL.

Lunasix_batteriesLe même problème se pose avec la Lunasix, le fameux posemètre que Gossen vendait dans les années 1970, et cette fois sans le moindre doute. Le fabricant, qui continue aujourd'hui à faire la course en tête, commercialise un adaptateur, un petit tube prévu pour recevoir une paire de batteries de 1,5 volt, plus petites que les batteries d'origine, l'accessoire réduisant la tension au bon niveau (ci-contre : le tube d'adaptation, doté d'un microscopique circuit réducteur dans le culot). Gossen ne se serait pas donné cette peine si la bidouille était inutile, juste pour inscrire un produit supplémentaire à son catalogue. C'est un indice qui ne trompe guère, et, d'ailleurs, les témoignages abondent de mauvaises surprises réservées par les batteries de 1,5 volt.

Or pourquoi s'embêter, puisqu'on peut trouver des batteries à 1,35 volt ? Elles sont un peu plus Weincell__4_1_petites que les EPX400 d'origine et nécessitent un collier d'adaptation, isolant, facile à réaliser avec un bout de fil électrique. Il en existe même qui sont vendues avec ce collier, en caoutchouc (ci-contre). Il s'agit des MRB400, produites par la société américaine Weincell. Je viens d'en recevoir une : je la conseille. Elle résout le problème.

Deux observations. D'abord, les batteries au zinc auraient une durée de vie beaucoup plus courte que celles au mercure. On parle de six mois. Ensuite, attention à la polarité. La vieille batterie s'insérait naturellement dans le logement des appareils. Ce n'est pas le cas de la MRB400, qui peut entrer à l'envers. Sur le Spotmatic, en tout cas, aucune indication ne figure. Veiller à placer le positif côté boitier et le négatif côté opercule, non sans avoir décollé préalablement la pastille verte plastifiée de protection.

Plusieurx canaux d'achat existent, et le mieux est de passer par la page de Google qui les propose, ici. Généralement, les MRB400 valent de 5 à 10 $, coût de transport en sus. J'ai acheté la mienne sur eBay, à un vendeur de batteries de toutes sortes, situé à Las Vegas et qui présente un taux de satisfaction très rassurant. Prix de revient, transport compris : 8,39 $ (5,96 €). C'est accessible directement ici.

Test positif effectué, je me suis empressé d'en commander une seconde. On ne sait pas de quoi demain sera fait, sauf qu'il s'éloigne de plus en plus d'hier, et je préfère que mon Spotmatic conserve le plus longtemps possible sa seconde jeunesse.

Weincell__7_

Ce modèle de Spotmatic dispose d'une griffe porte-accessoire avec contacteur central pour un flash cobra. Deux prises, sur la face avant, à gauche de l'objectif, étaient le plus souvent utilisées par l'intermédiaire d'un fil de liaison. Mais mon Metz 58 AF-2, comme tous ses congénères actuels, peut être déclenché sans encombre depuis la griffe, grâce une impulsion de courant fournie par la batterie de l'appareil. Evidemment, il n'y a ni haute vitesse ni second rideau... Il faut régler le flash en mode automatique ou manuel. Le TTL pour les flashes était encore loin, en 1971. Mais la structure du porte-griffe était déjà dessinée et n'attendait plus que l'ajout des contacts modernes... Prescience ou prévision établie ?


Bouton_retour_accueil_blog_CREMEBouton_remonter_page_CREME